Contraception

Jeudi 22 mai 4 22 /05 /Mai 15:24

Contraception : film sur Youtube

http://www.youtube.com/watch?v=v56Z1DIMI58

Par cb - Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Jeudi 8 mai 4 08 /05 /Mai 16:04

New Booklet Outlines Frightening Facts about Contraception

HESPERIA, CA, April 29, 2008 (LifeSiteNews.com) - Without a single reference to a Church document or a passage of Scripture, a new booklet from author Victor Claveau demonstrates that popular contraceptives, considered hallmarks of our modern culture and signs of civilized man's technological conquest of nature, kill at least 6 million US children a year, subject women to a host of harmful side effects, subvert the meaning of sex and family life, and have played a key role in a black genocide.

Claveau's 28-page "'Birth Control and Abortifacients' begins with a detailed analysis of the various standard methods of contraception, noting their abortifacient action and harmful side effects on women.

Claveau pays particular attention to the popular birth control pills that have been widely accepted, even by professedly "pro-life" women, as a means to reduce the sort of unwanted pregnancies that often end in abortion.

Birth control pills artificially flood a woman's body with high levels of hormones in order to produce three main effects on her body:

First, the hormones can suppress ovulation, thus preventing the formation of eggs.

Second, the hormones can thicken the cervical mucus, thus preventing sperm from reaching the egg.

Third, the hormones can alter the uterine lining, thus preventing the fertilized egg from implanting in the uterus that provides the newly formed zygote with the oxygen and nutrients he needs to live.

Early birth control pills contained high levels of progestin and estrogen hormones and were able to suppress ovulation more than 90% of the time, thus preventing the union of a sperm and egg after practically every act of sexual intercourse. 

Multiple reports of harmful side effects from the high dose pill, however, forced the product off of the market in the United States and Canada, while pills containing lower doses of the same hormones took their place.

Because the low-dose pill is less effective at preventing ovulation, more eggs are produced that will eventually fuse with sperm. 

"As an egg is microscopic, it can be difficult to tell in any given case whether an egg really has been released.  But Dutch gynecologist Dr. Nine Van der Vange made an extensive study of women using these pills.  She found proof that an egg had been released in 4% of the cases, and found follicle growth typical of what one finds in early pregnancy in at least 52% of cases," writes Claveau.

Another type of birth control pill, called the mini-pill, contains less hormones than the low-dose pill and allows for even more instances of conception.

"Dr. Ronald Chez, a scientist at the National Institutes of Health (NIH), publicly stated that the new "mini" Pills of today, with their lower estrogen dose, allow ovulation up to 50% of the time!" writes Claveau.

As a result of their inconsistency in suppressing ovulation, routinely distributed birth control pills can act as abortifacients by allowing for the conception of zygotes who will die due to their inability to implant in the altered uterine lining.

"Most people have no idea of the abortifacient nature of the birth control pill," Claveau told LifeSiteNews.com.

Claveau cites a study from the Pharmacists for Life that estimates that various popular contraceptive methods kill 6.5-11.5 million unborn children annually in the United States.

"The crux of the matter is that it has been said that birth control pills usually act by contraception, that any abortions that result should be accepted as an unfortunate accident.  This is a little like saying that it's alright to fire a gun randomly in the dark, as you usually won't hit anybody, and in the few cases when you do, it should be accepted as an unfortunate accident."

Aside from potentially killing their newly conceived child, the birth control pill can also wreak havoc on the user's own body.

"According to the director of Planned Parenthood of England the birth control pill causes 150 different chemical changes in a woman's body.  Not one of these is beneficial."

"Other side effects of birth control pills are the development of high blood pressure, blood clots, stroke, heart attack, depression, weight gain, migraine, dark spots on the skin and difficulty with breastfeeding."

While the condom lacks the abortifacient capacitates found in various birth control pills, shots, and intrauterine devices, they can often fail to protect users from increasingly pervasive sexually transmitted diseases.

"One reason condoms fail in preventing the transfer of AIDS is that latex condoms have tiny intrinsic holes called 'voids.'  Sperm is larger than the holes, but the AIDS virus is 50 times smaller than these tiny holes which makes it easy for the virus to pass through," explains Claveau.

"To give you an idea of how easy it would be for the virus to pass through these holes, just imagine a ping pong ball going through a basketball hoop."

Cleaveau presents Natural Family Planning (NFP) as a safe, effective, and morally upright alternative to contraceptives.

In contrast to the "calendar rhythm method", NFP is "based on direct observations of various signs that occur in a woman's body (changes in the cervix, cervical mucus, and temperature) which tell her when ovulation occurs." These relatively easy-to-make observations can be done in minutes and have successfully been taught to illiterate couples in third world countries.

Unlike contraception, NFP respects the dual purposes of sexual intercourse: to share love and produce new life, says Claveau.  Furthermore, Claveau debunks the myth that NFP is merely "Catholic contraception."

"Here's the difference between artificial birth control and NFP.  In the first case, one does something (takes a pill, uses a condom, etc.) to deliberately 'close' the life-giving power of sexual intercourse.

"In NFP, however, no such step is taken. The spouses do not act against their fertility. They do not reject the link between the two meanings of sex (love and life).  They simply follow the natural patterns of the body's fertility and infertility - patterns placed there by God Himself."

As the author explains, NFP is rooted in virtue, not merely physiology.  The practicing couple learns self-control, communication, cooperation, and how to express their love in non-physical ways at times in order to resist the temptation to reduce their spouse to an object of selfish pleasure.

"Since the spouses can ignore worries about contraceptive failure or side-effects of the pill," they can actually more freely and fully enjoy the pleasures of the marital act.

Claveau adds that couples should only practice NFP for serious reasons, such as health or financial problems, lest they become guilty of "family avoidance," rather than "family planning."

 

To purchase the Claveau's booklet (Catholic or non-Catholic editions):

http://www.evangelizationstation.com/Birth%20Contro_Regular%20Edition.htm


Learn more about the author:

http://www.evangelizationstation.com/htm_html/victorclaveau.htm

To obtain written material about Natural Family Planning and/or Natural Child Spacing contact:

The Couple-to-Couple League - P.O. Box 111184  Cincinnati, OH 45211

Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Lundi 7 avril 1 07 /04 /Avr 14:05

Il y a 40 ans, les femmes obtenaient officiellement le droit de recourir à la contraception. Le journal La Tribune fait le bilan de cette loi, dite loi Neuwirth.

Rappelons que l'objectif initial de la loi était de permettre aux femmes de maîtriser leur fécondité. Force est de constater aujourd'hui que la loi n'a pas atteint son but. En effet, malgré la diffusion des méthodes contraceptives, on recense aujourd'hui 200 000 interruptions volontaires de grossesse (IVG) par an. On estime à 33% le nombre de grossesses non désirées, dont 60% donnent lieu à une IVG. Notons que deux grossesses non prévues sur trois surviennent chez des femmes qui utilisent une méthode contraceptive.

La pilule est la méthode contraceptive la plus utilisée. Six femmes sur dix de 18 à 44 ans, ayant recours à une contraception, la choisissent. Les autres moyens sont le dispositif transdermique (patch), l'anneau vaginal, les dispositifs intra-utérins comme le stérilet (abortif), les préservatifs et les spermicides.

Depuis quelques années, l'accès à la contraception d'urgence a été facilité. Elle est maintenant délivrée en pharmacie avec ou sans ordonnance, de manière anonyme et gratuite. Les infirmières scolaires peuvent également la délivrer dans les collèges ou les lycées. Enfin, les médecins peuvent prescrire ces contraceptifs aux mineures sans le consentement des parents.  © genethique.org

 Chaque article présenté dans Gènéthique est une synthèse des articles de bioéthique parus dans la presse et dont les sources sont indiquées dans l'encadré noir. Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction. La Tribune 07/04/08

Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Vendredi 28 mars 5 28 /03 /Mars 15:19

Le Quotidien du Médecin publie un article sur la contraception de la jeune femme de moins de 20 ans. En France, on compte environ 2 600 000 jeunes femmes âgées de 14 à 20 ans.

En France, la prescription médicale d'un moyen contraceptif à une mineure est autorisée gratuitement et sans autorisation parentale alors même qu'on constate l'augmentation des interruptions volontaires de grossesse pour cette tranche d'âge.

Le préservatif masculin est le moyen de contraception le plus spontanément utilisé lors des 1ers rapports sexuels des jeunes filles de moins de 20 ans. Le Quotidien du Médecin souligne que son "efficacité contraceptive bien moins importante que les méthodes hormonales, (...) devrait conduire les médecins à ne pas le recommander comme contraceptif.

Le journal indique que la "pilule du lendemain" (Norlevo ou Vikela) représente la contraception d'urgence "la plus adaptée dans cette tranche d'âge". Son taux d'efficacité dépend de la rapidité de la prise : 95 % lorsque la prise a lieu dans les 24 heures et 50 % si prise dans les 72 heures. Cette pilule est délivrée par les infirmières scolaires et disponible sans ordonnance et gratuitement pour les mineures dans les pharmacies qui doivent préciser qu' "il ne s'agit que d'une méthode de secours".

Le Quotidien du Médecin s'interroge sur les effets secondaires de l'utilisation des contraceptions hormonales. Par exemple, quel est son impact sur la maturation osseuse de femmes jeunes qui utilisent cette contraception ? En effet, les estrogènes interviennent dans le processus d'acquisition de la masse osseuse. L'essentiel de ce processus a lieu entre 12 et 14 ans, et à 16 ans, plus de 95 % de la masse osseuse est acquise chez la femme.

Par ailleurs, la prise d'estrogènes et de progestatifs par les femmes de moins de 20 ans est-elle facteur de risque accru de cancer du sein ?  En 1996, la métaanalyse d'Oxford a mis en évidence une discrète augmentation du risque de cancer du sein chez les femmes ayant débuté la pilule estroprogestative avant 17 ans. Une autre étude, plus récente mais moins étendue n'a pas constaté ce risque.  © genethique.org

Chaque article présenté dans Gènéthique est une synthèse des articles de bioéthique parus dans la presse et dont les sources sont indiquées dans l'encadré noir. Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction.

Le Quotidien du Médecin (Geoffroy Robin, Perrine Massart, Brigitte Letombe) 28/03/08

 

Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 mars 5 14 /03 /Mars 16:05

- Importance de la stérilisation en Europe et en particulier en Angleterre 

« Dans le monde, un quart des adultes en âge de procréer utilisent la stérilisation, hommes ou femmes. La stérilisation est très développée en Asie. Dans les pays développés, elle est numériquement beaucoup moins importante et utilisée prioritairement par les hommes. Il existe une variation importante du recours à la stérilisation selon les pays européens. C'est une pratique fréquente en Angleterre, aux Pays-Bas et en Espagne. S'intéresser à la stérilisation et à la vasectomie mérite un rappel historique de cette dernière. En 1918, la mode était à la vasectomie dans un but de rajeunissement ; Sigmund Freud y a eu recours. Il y a eu de nombreuses situations d'obligation de recours à la stérilisation en Allemagne, en Suède (personnes handicapées). En Suisse, la stérilisation obligatoire appliquée à la communauté gitane s'est prolongée jusqu'en 1972. En dehors de cette exception suisse, la liberté du recours à la stérilisation prévaut depuis les années cinquante. Depuis 1972, la stérilisation est gratuite en Angleterre et prise en charge par le «National Health Service». La législation sur la stérilisation est différente dans chaque pays européen. Il n'existe pas de loi régissant la stérilisation au Royaume-Uni où il s'agit d'une pratique très courante. La stérilisation y bénéficie de recommandations médicales nationales et de programmes de formation destinés aux urologues, aux centres en charge de la contraception et aux GP (général practice). Les statistiques anglaises révèlent que 22% des couples utilisent cette méthode contraceptive. Dans 9% des cas, c'est une stérilisation féminine et dans 11% des cas masculine. Le recours à la stérilisation augmente avec l'âge, surtout après 40 ans ou 50% des couples y ont recours. Le problème actuel en Angleterre est plutôt l'excès de recours à la stérilisation notamment à la vasectomie. L'intervention de réversion n'est pas prise en charge par le NHS. La formation des professionnels évoquée ci-dessus insiste sur l'offre de choix contraceptif du patient, son information sur le caractère permanent de la stérilisation et l'obtention d'une signature de consentement éclairé. »

Avril 2008 (Abstract Gynécologie - communication du Dr Anne Web, Liverpool, membre de l'OMS et de la Société Européenne de Contraception – Congrès du 14 mars 2008)

 

- Stérilisation masculine en France : des freins culturels

 

« Le Pr Jardin a pratiqué la vasectomie pendant plus de trente ans mais de manière numériquement confidentielle. Il s'agit pourtant d'une méthode très simple et très efficace. Tout chirurgien est apte à la réalisation de la vasectomie. Il s'agit de la plus économique des contraceptions. Licite et légale, la vasectomie n'a aucune conséquence néfaste. Il y a une possibilité de réversibilité par vaso-vasostomie. Selon Hendry en 1994, un taux de 44% de grossesses est obtenu après intervention de réversion. On peut proposer une conservation de sperme puisqu'une recomposition familiale est toujours à envisager. Dans le pire des cas, une technique de PMA avec spermatogonies prélevées en amont et ICSI est possible. Au Québec, un quart des hommes de plus de 40 ans a une vasectomie. L'étude américaine sur la pathologie prostatique MTOPS 2003 qui concernait 3 047 hommes de 55 à 70 ans a révélé 26% de vasectomisés. Sur une étude concernant la méthode de contraception utilisée par des couples, 9% des Américains et 0% des Français citent la vasectomie. En bref, la vasectomie n'est pas pratiquée en France. Pourquoi si peu de vasectomies en France? En ce qui concerne la légitimité et la légalité, on ne note aucun changement malgré la loi de 2001. On remarque une absence systématique de proposition de vasectomie, notamment sur les plaquettes d'information sur la contraception. L'eugénisme intervient immédiatement dans le débat sur la vasectomie. Dans le même travail de l'INSERM, S. Bateman expose qu'il n'y a pas de débat possible dans le domaine de l'éthique concernant la stérilisation notamment masculine en France. La vasectomie a un aspect transgressif, y compris pour les psychanalystes. Le marché économique de la contraception est énorme. Il n'y a aucun intérêt économique à prôner la vasectomie : un seul acte dont la cotation est de 54 euros. Pour l'avenir, on ne peut qu'espérer une meilleure information sur la vasectomie et que cette diffusion passe par les femmes. Les gynécologues ont une mission informative de même que les centres d'orthogénie. »

1er Avril 2008 (Abstract Gynécologie - communication du Pr A. Jardin, urologue, Paris – Congrès du 14 mars 2008)

 

- La stérilisation féminine 

 

« La stérilisation est légale en France depuis la loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001. Le délai de réflexion légal après une première consultation est de quatre mois. Il faut savoir qu'il n'existe en France aucune donnée chiffrée sur la stérilisation, même sept ans après sa légalisation (pas de registre, pas d'études, etc.). Historiquement, la stérilisation tubaire existe en France depuis le XIXe siècle, surtout dans un contexte eugénique. La technique classique au cours d'une laparotomie est dite Pommeroy. En 2000, une étude sur cette intervention pratiquée au décours de césarienne a mis en évidence un taux de regrets ultérieurs de 56%. La stérilisation peut être réalisée par voie vaginale à l'aide d'une colpotomie postérieure mais cette technique reste marginale. Jusqu'en novembre 2007, la cœlioscopie était la technique de référence avec la pose d'anneaux de Yoon. Le taux d'échec est de 1,77% et il s'agit d'un geste chirurgical avec un caractère morbide. Aucune des méthodes répertoriées ci-dessus n'a un taux de réussite à 100% et il faut toujours préférer la moins dangereuse et la moins délétère pour la patiente. (…) » 1er Avril 2008 (Abstract Gynécologie - communication du Dr P. David, Gynécologue, Clinique Jules Verne, Nantes -  Congrès du 14 mars 2008)

 

Avis de l’ADV :  Sans doute notre culture est-elle plus naturellement rétive à ces automutilations. Le geste est particulièrement radical, même si la vasectomie (masculine) est partiellement réversible. On aimerait, plutôt que la promotion de l’extension de ces techniques à la France, la dénonciation de sa pratique. Le seul fait que 56 % des femmes interrogées lors d’une étude affirme regretter de s’y être soumise dans la panique montre l’ampleur du scandale.

Par cb - Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Lundi 18 février 1 18 /02 /Fév 10:46

Voilà ce qu'a révélé ce week-end la canadienne Karen Kidd. D'après ses travaux, les eaux usées des grandes villes seraient suffisamment chargées en oestrogènes pour causer la disparition d'au moins une espèce de poisson sur deux et de sérieusement perturber la reproduction de plusieurs autres espèces.

« On savait déjà que de l'oestrogène synthétique était rejeté dans les eaux usées par l'urine des femmes qui prennent la pilule, explique la chercheuse. Nous avons voulu savoir si cela avait un impact sur la santé des poissons, malgré les systèmes de traitement des eaux usées. La réponse est clairement positive ! »

Pendant trois étés, Karen Kidd et son équipe ont ajouté régulièrement de l'oestrogène dans les eaux d'un lac du nord de l'Ontario et ce afin d'atteindre le taux d'hormone qu'on retrouve dans les eaux usées municipales. Quatre mois après ce premier ajout, les mâles d'une espèce de poissons ont commencé à produire des protéines ovariennes…

Les chercheurs ont également découvert que l'oestrogène a ralenti le développement des spermatozoïdes et des ovules chez les mâles et les femelles, ce qui a grandement diminué les populations piscicoles étudiées. Après la seconde année d'exposition à l'oestrogène, les espèces dont la longévité était la plus courte ont tout bonnement cessé de se reproduire pour finalement disparaître du lac. Tandis que les plus gros poissons, dont le mulet perlé, ont vu leur nombre chuter de 86 %.

Des résultats qui s'expliquent aussi par le fait que la chaîne alimentaire a été fortement perturbée. Les gros poissons ne trouvant plus dans leur assiette les plus petits qui constituent leur quotidien. La conclusion de l'équipe dirigée par Mme Kidd, titulaire de chaire de recherche du Canada, l'équivalent de nos chercheurs du FNRS, est limpide comme de l'eau de roche : pour préserver la faune piscicole, un traitement secondaire des eaux usées des grandes villes s'impose avant leur rejet dans la nature. Le Soir, 18/02/2008, page 15

Par cb - Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Vendredi 15 février 5 15 /02 /Fév 11:19

« A partir d'avril, une plaquette de pilule sera donnée gratuitement aux femmes qui le souhaitent. Les plannings familiaux distribueront le contraceptif.

Un millier de grossesses non-désirées sont recensées en Belgique tous les ans. Comme solution à cet épineux problème, les plannings familiaux de la communauté française, soutenus financièrement par la Commission communautaire française (Cocof), ont décidé de rendre la pilule accessible gratuitement dès le mois d'avril.

C'est avant tout aux jeunes filles que se destine le projet. Trois types de situations sont envisagés. Tout d'abord, les jeunes filles prenant la pilule pour la première fois. Elles pourront venir au planning et obtenir une plaquette après avoir consulté un médecin. Une plaquette sera également distribuée aux femmes nécessitant un dépannage ponctuel. Et enfin, pour les jeunes filles ayant subi un avortement afin de les réinitier à une contraception régulière. Parallèlement, l'équipe du planning se chargera de leur expliquer la contraception dans sa globalité et les possibilités de remboursement de la pilule contraceptive. En effet, une seule plaquette par femme sera distribuée. Comme le souligne Emir Kir (PS), ministre en charge de l'Action sociale et de la Famille à la Cocof : "Il est essentiel de rendre les bénéficiaires autonomes par rapport à leur contraception". "Cette mesure vise à empêcher des situations de détresse et à responsabiliser les femmes", ajoute-t-il.

Faire connaître le planning

Hier, à l'occasion de la journée des amoureux, 100 plannings familiaux de la Communauté française ont ouvert leurs portes au public afin de mieux expliquer leurs missions et leurs spécificités. Certains ont organisé un petit drink, d'autres ont offert une consultation gratuite. Le Centre la "Famille Heureuse", le premier fondé à Bruxelles en 1962, a quant à lui, choisi d'organiser la présentation de ce projet de pilule gratuite. Beaucoup l'ignorent, mais le planning est un lieu d'accueil, d'écoute et d'informations pour tous, sans aucune distinction d'âge ou de revenu. Il aide les femmes enceintes, prépare les jeunes à la vie sexuelle et affective, informe sur les maladies sexuellement transmissibles et aide les femmes en cas d'interruption volontaire de grossesse. Il organise également des consultations juridiques et psychologiques. Par ailleurs, les personnels des plannings se rendent fréquemment dans les écoles afin de sensibiliser les plus jeunes. La pilule gratuite n'est donc qu'un aspect de la vaste politique de prévention mise en place par la Région et les centres de planning.

Il y a tout juste un an, Emir Kir lançait la distribution gratuite de la pilule du lendemain. En moyenne, chaque centre a distribué 10 pilules par mois depuis un an. Toutes les femmes ayant eu besoin d'une pilule du lendemain ont pu l'obtenir. Il reste à espérer que la pilule gratuite connaisse le même succès. » (st) La libre Mis en ligne le 15/02/2008

 

NDLR de QOL : Il est aujourd’hui reconnu que la distribution gratuites de la pilule contraceptive, loin de diminuer le nombre de grossesses « indésirées », ne fait que les accroître, et de là, accroît également le nombre d’avortements. Distribuer le pilule revient à donner un double signal : il est normal d’avoir des relations sexuelles précoces, et de plus, cette mentalité contraceptive mène tout droit à l’avortement comme solution évidente. Pourquoi continuer dans cette voie ? Combien de souffrances ne sont ainsi provoquées par une telle politique ?

Par cb - Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Lundi 11 février 1 11 /02 /Fév 20:44

By Father John Flynn, LC

ROME, FEB. 11, 2008 (Zenit.org).- The issue of wide-scale distribution of condoms is in the news once more. In the days preceding Brazil's Carnival celebrations authorities announced they would be handing out 19.5 million free condoms, reported Reuters on Jan. 28.

 

A British medical journal, the Lancet, also recently criticized the Church for its opposition to condoms. An editorial in the Jan. 26 edition of the journal chided Benedict XVI for not changing Church teaching so that condoms could be used by Catholics in preventing HIV/AIDS infections.

 

The simplistic assumption that condoms are the solution to sexually transmitted diseases is, however, increasingly being proved false. In its Jan. 26 issue, the British Medical Journal published a forum on condoms, with contrasting articles for and against on the topic.

 

Even the article in favor of condoms, by Markus Steiner and Willard Cates, admitted that in addition to condoms there is a need for "risk avoidance and risk reduction approaches." Such measures, they explained, include delayed initiation of sexual intercourse, and mutual faithfulness.

 

In his article putting forward the "no" case, Stephen Genuis clearly stated: "Firstly, condoms cannot be the definitive answer to sexually transmitted infection because they provide insufficient protection against transmission of many common diseases."

 

Genius also pointed out that: "Epidemiological research repeatedly shows that condom familiarity and risk awareness do not result in sustained safer sex choices in real life."

 

More of the same

 

Faced with such arguments about the failure of condoms and sex education campaigns, the reaction is often to call for more of the same. A typical example was the recent news from Australia, where it was found that 60% of Australian women who have unplanned pregnancies were using contraceptive pills or condoms.

 

According to the Jan. 30 report by the Melbourne-based Age newspaper, family planning groups responded by calling for more sexual education programs.

 

Nevertheless, in his British Medical Journal article Genius pointed out the fallacy of such arguments. In relation to condom and "safe sex" campaigns, he said: "The relentless rise of sexually transmitted infection in the face of unprecedented education about and promotion of condoms is testament to the lack of success of this approach.

 

"In numerous large studies, concerted efforts to promote use of condoms has consistently failed to control rates of sexually transmitted infection -- even in countries with advanced sex education programs such as Canada, Sweden and Switzerland."

 

In countries such as Thailand and Cambodia, where sexually transmitted infections have diminished, Genius argued that a careful scrutiny of the data reveals that the changes resulted not from condom use, but from changes in sexual behavior.

 

"Innumerable adolescents saturated with condom focused sex education fail to have their fundamental human needs met and end up contracting sexually transmitted infections," Genius concluded.

 

Africa experience

 

Excessive reliance on condoms to combat HIV/AIDS in Africa was criticized in a book published last year. Helen Epstein, in "The Invisible Cure: Africa, The West, And the Fight Against Aids," (Farrar, Straus, and Giroux), also had reserves about sexual abstinence campaigns, but did admit the importance of changing sexual behavior.

 

In trying to find the causes of the high degree of infections in Africa, researchers found that a relatively high proportion of African men and women had simultaneous sexual relations with two or three partners. Compared to serial monogamy more common in Western countries the concurrent relationships greatly increase the risk of a rapid diffusion of sexual diseases.

 

Epstein was highly critical of the AIDS campaigns run by Western groups. Organizations such as Population Services International, Family Health International and Marie Stopes International were first active in population control efforts, she noted. In more recent years their activity in campaigns promoting condom use resulted in publicity that in effect promoted sexual activity, and in some cases "bordered on the misogynistic," Epstein added.

 

The message was that casual sex was nothing to worry about, so long as you used a condom. Apart from promoting behavior that only fueled infections, Epstein also commented that often the campaigns clashed with local sensibilities concerning decency and self-respect.

 

Changing behavior

 

Epstein also criticized the organizations and the United Nations for playing down the role of infidelity in the spread of HIV/AIDS. She recounted her experience at an international AIDS conference in Bangkok, where researchers presenting evidence about the importance of fidelity in preventing infection were "practically booed off the stage."

 

Another book published last year, "The AIDS Pandemic: The Collision of Epidemiology With Political Correctness" (Radcliffe Publishing), also pointed out the need to change sexual behavior, instead of a wholesale reliance on condoms.

 

James Chin, professor of epidemiology at the University of California at Berkeley, devoted a large part of his book to an analysis of the numbers of HIV/AIDS sufferers, pointing out how often the figures are vastly inflated.

 

Chin also argued that the fears of a large-scale infection in the general population are unfounded, given that the sexual behavior of most people does not lend itself to falling prey to HIV/AIDS. The greatest risk of being infected is found among homosexuals and those who have multiple and concurrent partners, he explained.

 

The positive contribution that religion can make in changing sexual behavior was recognized in a RAND Corporation study published last year. People who are HIV-positive and say religion is an important part of their lives are likely to have fewer sexual partners and are less likely to spread the virus, according to the study: "Religiosity, Denominational Affiliation and Sexual Behaviors Among People with HIV in the U.S."

 

"Religiosity is an untapped resource in the whole struggle against HIV and AIDS, and should be looked at more thoroughly," commented Frank Galvan, lead author of the study in the April 3 press release accompanying the report.

 

Christian concept of sexuality

 

The Church's view about condoms does not, however, base itself on to what extent it may help resolve health problems. Sexuality, explains No. 2332 of the Catechism of the Catholic Church, affects all of the human person, body and soul. It concerns affectivity, the capacity to love and procreate, and forming communion with others.

 

Sexuality is truly human and personal when it is integrated into the relationship of one person to another, a relationship that is a complete and lifelong mutual gift of a man and a woman, the Catechism observes (No. 2337).

 

Benedict XVI addressed the HIV/AIDS issue in a couple of recent speeches made when receiving the credentials of new ambassadors. On Dec. 13, in his address to Peter Hitjitevi Katjavivi from Namibia, the Pope recognized the urgent need to halt the spread of infections.

 

"I assure the people of your country that the Church will continue to assist those who suffer from AIDS and to support their families," the Pope stated.

 

The Church's contribution to the goal of eradicating AIDS, the Pontiff continued, "cannot but draw its inspiration from the Christian conception of human love and sexuality." This vision sees marriage as a total, reciprocal and exclusive communion of love between a man and a woman, Benedict XVI explained.

 

The same day, in a speech to Elizabeth Ya Eli Harding, Gambia's new ambassador to the Holy See, the Pope stated that while medicine and education have a part to play in combating HIV/AIDS: "Promiscuous sexual conduct is a root cause of many moral and physical ills and must be overcome by promoting a culture of marital faithfulness and moral integrity."

 

Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 novembre 5 09 /11 /Nov 13:48

Le Lancet vient de publier une étude démontrant que les contraceptions orales accroissent le risque de cancer du col de l'utérus.

 

Cette étude Internationale a été menée par Oxford sur 52.000 femmes qui ont participé à 24 études à travers le monde.

 

L'étude a démontré que le risque augmentait selon la durée de prise de la contraception orale. Les femmes ayant pris une contraception orale pendant 5 ans ont deux fois plus de risques de développer un cancer du col de l'utérus que les femmes ne l'ayant jamais prise. 10 ans après que les femmes aient arrêté de prendre une contraception orale, les risques sont les mêmes que pour les femmes ne l'ayant jamais prise.

 

Dans les pays développés, comme la Grande Bretagne, le risque de développer un cancer du col de l'utérus est de 3,8 pour 1 000 femmes n'ayant jamais utilisé la pilule. Ce risque est de 4 pour 1000 pour celles qui la prennent pendant 5 ans et 4, 5 pour 1000 pour celles qui la prennent pendant 10 ans. Source : The Lancet 2007; 370:1591-1592

 

© genethique.org

 

Chaque article présenté dans Gènéthique est une synthèse des articles de bioéthique parus dans la presse et dont les sources sont indiquées dans l'encadré noir. Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction.  BBC News 09/11/07 - www.thelancet.com/

 

Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Mardi 6 novembre 2 06 /11 /Nov 18:10

As the 40th anniversary of Pope Paul VI's 1968 encyclical regarding contraception approaches, Bishop Robert Vasa of the Diocese of Baker in Oregon , is calling on Catholics to embrace the teaching of the Church regarding openness to life. Speaking of the encyclical Humane Vitae, and its teachings against contraception, the Bishop wrote, "Many Catholics have erroneously determined that the path they should follow is to disobey while trying to convince the Church that Her teaching is erroneous."  

"In choosing to disobey, they break faith with the Church," warns the Bishop in the Catholic Sentinel. "In that disobedience tremendous harm has been brought to many women. Tremendous harm to marriage. Tremendous harm to family life. Tremendous harm to society."   

Bishop Vasa explains that the teachings of Humanae Vitae have proven prophetic and the "Catholic medical community is more and more recognizing something which has remained very much hidden from public view, that is that contraceptive hormones have an effect, and not a good one, on the health of women." Moreover, he says, "Catholic lay leaders and even some in government are recognizing that contraception and its logical backup abortion have a very serious effect on marriage and on families." Catholics he says, "are now beginning to recognize that contraception strikes at the very heart of society because it strikes at the family which is the fundamental unit of all society."   

As the 40th anniversary of the encyclical looms, the Bishop says he hopes for a general renewal of instruction and faithfulness to its teachings. "I suspect and pray that there will be a very strong and concerted effort in the Church to engage in a comprehensive program of study and instruction surrounding this teaching," he said. 

Publié dans : Contraception
Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus