Belgique : promouvoir l’euthanasie via les medias ? Qui s’en rend compte ?

Publié le par cb

Dans les milieux catholiques en Flandre des critiques se sont élevées face à la manière dont les médias ont relaté l’euthanasie de l’écrivain Hugo Claus. Les critiques estiment que ces médias parlent de façon trop positive de la mort assistée et n’insistent pas suffisamment sur l’existence des soins palliatifs, ce qui déshonore les patients Alzheimer qui ont choisi de supporter la douleur.

Les critiques à l’égard de la presse émanent notamment de Roger Stockman de la congrégation religieuse internationale Broeders van Liefde, de Wouter Beke, président ad intérim des démocrates-chrétiens flamands, et de Hans Geybels, le porte-parole du cardinal Godfried Danneels, primat de Belgique.

Geybels affirme ainsi : « Les réactions de la presse allaient surtout dans le sens de « Il était temps que vienne la fin. C’était sa propre décision. C’est bien qu’il ait ainsi mis fin à ses jours ». Mais on n’a pas entendu d’autre son de cloche, à part les déclarations de Roger Stockman ». L’écrivain flamand Hugo Claus, qui souffrait de la maladie d’Alzheimer, n’opta pas pour des soins palliatifs et choisit l’euthanasie au moment où les mots commencèrent à lui manquer.

Pour les milliers de patients Alzheimer et leurs familles qui ont choisi d’aller jusqu’au bout de la souffrance avec l’aide des soins palliatifs, les commentaires des médias sont troublants.

Les patients Alzheimer sont confrontés à un dilemme. S’ils souhaitent mourir par euthanasie, ils doivent en faire la demande explicite au début de la maladie, lorsqu’ils sont encore en pleine possession de leurs capacités mentales. Dans une phase ultérieure, la demande n’est plus acceptée.

Plusieurs spécialistes réclament ainsi une modification de la loi sur l’euthanasie et son élargissement à d’autres types de malades.

http://www.deredactie.be/cm/de.redactie.francais/infos/080322_CritiqueEuthanasieClaus

Commenter cet article